Site Officiel d'Enrico Macias :: Biographies d'Enrio Macias :: Biographie par Sébastien Brumont

 

  Créer un compte
 
 

Menu Général

 

Accueil
Biographies
Livre d'or

 

 

Espace utilisateurs

 
Dates des concerts
Le forum
Proposer une info
Proposer une photo
Proposer un fichier
Proposer une petite annonce
 

 

Multimédias

 
Galerie téléchargements
Galerie photos
Galerie lyrics
 

 

Espace professionnel

 

Télécharger les fiches techniques au format PDF

Contact PRODUCTION

 

   Biographies: Biographie par Sébastien Brumont

Chantre de la musique "juive pied-noir" jusqu'à l'excès, Enrico Macias est un artiste unique dans le paysage musical francophone.

Souvent moqué ou parodié, l'enfant de Constantine est pourtant devenu le porte-parole sympathique de tout un peuple déraciné, celui de l'Afrique du Nord des années 60. Chanteur utopiste de l'amour et de l'amitié entre les peuples, il est resté fidèle à ses convictions pour effectuer un retour remarqué en ce début de millénaire. Oranges amères, son dernier album, est le pur fruit de l'univers d'Enrico, et c'est ce monde-là qui nous séduit en lui.

L'Algérie

Né en Algérie, à Constantine, le 11 décembre 1938, Enrico Macias, de son vrai nom Gaston Ghrenassia, grandit dans la pure tradition musicale du maalouf, chant traditionnel andalou-arabe. Dès sa naissance, il porte en lui les thèmes de ses futures chansons: le déchirement entre les cultures juive et arabe; la musique, à laquelle son père, violoniste au sein de l'orchestre de Raymond Leyris, l'initie; le soleil et les enfants de l'Algérie...

Dès son plus jeune âge, Gaston-Enrico s'exerce à la guitare et finit par intégrer lui aussi l'orchestre de Leyris. Cependant, les besoins alimentaires le poussent à exercer momentanément la profession d'instituteur. Tout en enseignant, Enrico continue son apprentissage de la musique.

Mais la guerre éclate. Dès 1961, le FLN tente d'obtenir l'indépendance de l'Algérie. Pour des milliers de jeunes soldats, c'est le début d'une guerre sans nom. Pour tout un peuple, c'est le début de l'exil vers la métropole. Enrico quitte son pays en 1962 avec son épouse Suzy, fille de Raymond Leyris, sauvagement assassiné quelques mois auparavant. A l'exil s'ajoutent la douleur de l'absence et le sentiment de la fin d'une époque.

Adieu, mon pays

Le jeune homme installé à Paris court les cabarets avec sa guitare, essayant d'imposer en France sa musique si particulière sans trop de succès. Finalement, et assez rapidement, Enrico Macias va obtenir la gloire. Après une première partie sur scène lors d'un concert de Gilbert Bécaud, et un passage évènement dans la célèbre émission télévisée Cinq colonnes à la Une le 5 octobre 1962, le jeune pied-noir fait parler de lui. Son premier disque, Adieu mon pays, sort la même année et porte déjà la signature de toute son oeuvre.

1963-1964 est une période charnière dans la carrière du chanteur. Outre la naissance de sa fille Jocya, (un fils Jean-Claude suivra quelques temps après), il prend définitivement le nom de scène d'Enrico Macias et connaît un succès phénoménal avec des tubes tels que Enfants de tous pays, Les filles de mon pays ou La musique et moi.

Commencent aussi d'interminables tournées à travers le monde, faisant d'Enrico un artiste incontournable dans toute la francophonie. Ses voyages lui permettent d'exporter avec aisance sa philosophie fraternelle et son message de paix entre les peuples, sans jamais sombrer dans la politique.

Etonnamment, la musique de Macias semble universelle. De New York à Tokyo, en passant par Paris ou Moscou, ses concerts "méditerranéens" déplacent des milliers de personnes et ses disques se vendent par millions tout au long des années 60.

Représentant de la paix

Partagé entre chanteur de charme et chanteur à message, Macias traverse les années sans faillir. Bien au contraire, son personnage jovial et chaleureux est convié à toutes les manifestations de paix et de rassemblement entre les peuples, comme en cette année 1978 où il entame une tournée de réconciliation durant les accords égyptiens entre Sadate et Begin. De même, l'ONU le choisit comme représentant de la paix en 1980.

Boudé dans les années 80 par la jeune génération rock, il faut attendre le retour en force de la musique arabisante dans les années 90 pour qu'Enrico Macias retrouve le chemin des hit-parades. Sans jamais avoir cessé de chanter et d'enregistrer de nombreux albums, il est célébré en même temps que le sont en France les Khaled, Cheb Mami ou autres Faudel.

Malgré les violences politiques et religieuses que subit l'Algérie, Enrico ne désespère pas de chanter à nouveau dans son pays, et un public nombreux attend aussi cet évènement.

Côté musique, après avoir subi un premier rajeunissement en 2000 avec Enrico Experience, un album remixé façon électronique par son fils, le chanteur constantinois revient en force en 2003 avec Oranges amères, un album dans la tradition arabo-andalouse. A la manière d'un Lama, cet album sonne le retour d'un artiste sexagénaire que d'aucuns croyaient à tort oublié.

Après un essai au cinéma (La vérité si je mens 2) et une vie bien remplie, Enrico Macias continue, avec l'aide de son fils, de nous charmer de sa musique orientale. A plus de 65 ans, cet éternel jeune homme émeut, charme, enivre, et finit par séduire toutes les générations d'auditeurs. Un exemple remarquable de longévité et d'authenticité.

Posté le 4 novembre 2004 à 13:09:50 par jeff
 
 

Liens connexes

 
· Plus à propos de Biographies d'Enrio Macias
· Nouvelles transmises par jeff


L'article le plus lu à propos de Biographies d'Enrio Macias:
La vie d'Enrico Macias

 

 

Evaluer l'Article

 
Moyenne des scores: 4.25
Votes: 4


Prenez une seconde et évaluez cet article:

Excellent
Très bien
Bien
Normal
Mauvais


 

 

Options

 

 Format imprimable  Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)

 

Désolé, les Commentaires ne sont pas autorisés pour cet article.

--> NSN JPCache Activé <--
 

.:: Theme Designed by Jeff :: Enrico MACIAS themes by Jeff Site ::.